Solution alternative Taillebois

Taillebois, Orne, 170 habitants

Les habitants-citoyens participent aux décisions municipales

 

Taillebois est une commune au paysage accidenté et bocager dans la vallée de la

Rouvre. Conseiller municipal depuis 1995, puis maire depuis 2001, Yannick Soubien,

également vice-président du conseil régional de Basse-Normandie, s’est donné pour

mission de mettre en oeuvre des outils de démocratie locale.

Sa volonté d’associer les habitants aux décisions municipales se traduit tout d’abord par des réunions publiques : une réunion annuelle de compte-rendu de mandat, « où l’on explique ce qu’on a fait et où l’on propose aux habitants de dire ce qu’ils en pensent », complétée par des réunions thématiques sur des enjeux majeurs pour la commune. De telles rencontres, où le maire a un rôle d’animateur, avec parfois le concours d’un technicien, ont eu lieu par exemple sur le diagnostic des zones humides de Taillebois, sur le chantier d’assainissement individuel et collectif ou encore l’aménagement du centre bourg.

 

« Quarante à soixante personnes participent à chacune de ces réunions, toutes les familles sont représentées. Il ne s’agit pas seulement de  » causer  » pour renouer du lien social mais bien de construire des projets et de les réaliser ensemble. Les choix exprimés sont respectés ».

 

Ainsi du processus qui a conduit à l’aménagement du  » Chant des cailloux « , une propriété en friches au coeur du village. Pour décider collectivement de

son aménagement, un groupe de projet a été mis en place. Les habitants ont participé au défrichage du lieu, finalement aménagé en zone de promenade et de pique-nique, dans le respect du paysage naturel. « Cette réalisation symbolise le climat de confiance que l’on peut créer dans une collectivité ».

 

Ces réunions ont engendré une habitude du débat, à tel point que ce sont parfois les habitants qui le réclament, comme ce fut le cas au moment du référendum sur la constitution européenne. Les Tailleboisiens sont également invités à participer aux sept commissions municipales qui, depuis sont présidées par un élu et coanimées par un citoyen.

 

« Un mandat, ce n’est pas décider à la place des gens, c’est être capable d’animer le projet collectif », souligne Yannick Soubien. Nommé vice-président de la communauté de communes, il a bien l’intention de propager sa méthode au niveau intercommunal en l’appliquant notamment à la définition du projet communautaire, à l’horizon 2025.

Extrait 50 réalisations de communes de moins de 3500 habitants – 2008- Mairie Conseils Caisse de Dépôt