solution alternative Strasbourg

Strasbourg encourage la location de logements privés vacants à des niveaux de loyers abordables

Transformer une partie du parc privé vacant en logement social, c’est le projet engagé en 2015 par Strasbourg. D’abord expérimental avant d’être généralisé, le dispositif a déjà permis de remettre en location 80 logements et instauré un climat de confiance avec les propriétaires, désormais acteurs à part entière du plan local de l’habitat.

Boîte à outils pour accompagner le propriétaire jusqu’à la relocation

L’eurométropole a ainsi proposé une boîte à outils, d’abord expérimentée sur deux communes volontaires de son territoire. « Notre dispositif vise à répondre aux craintes du propriétaire face à la location, d’où l’idée de l’accompagner jusqu’au bout de la démarche » souligne l’élu. La boîte à outils combine ainsi plusieurs pans : un volet financier incitatif avec octroi d’une prime de remise en location de 1.500 €, doublée si le logement est conventionné via un conventionnement social ou très social avec l’Agence national pour l’amélioration de l’habitat (Anah), et un volet diagnostic patrimonial facilitant l’aide à la décision grâce aux déductions fiscales prévues pour un logement conventionné. Un volet travaux permet de bénéficier des dispositifs Anah ou oriente vers des entreprises référencées sur des bouquets de travaux lorsque le projet ne peut bénéficier de financement Anah. Enfin, un accompagnement à la gestion locative prévoit une mise en relation avec des entreprises d’intermédiation locative ou l’agence immobilière à vocation sociale d’Habitat et Humanisme.

Coordination métropolitaine avec des communes volontaires

En mai 2016, la métropole de Strasbourg a décidé de généraliser le dispositif à tout son périmètre et adopté un plan de lutte contre le logement vacant. Objectif : remettre 100 logements vacants en location chaque année. En quelques mois, 7 communes volontaires – dont Strasbourg qui va travailler quartier par quartier – ont rejoint le dispositif. La réussite dépend aussi très largement de l’implication et du bon travail partenarial avec les communes : ce sont elles qui connaissent le mieux le terrain et sont à même de mieux convaincre les propriétaires », souligne l’élu.

Un outil au service du plan local de l’habitat

Moins d’un an après l’adoption du plan d’action, 80 logements ont déjà été remis en location, dont la moitié en intermédiation sociale, avec des conventionnements très sociaux. « C’est un travail de fourmi aux résultats modestes mais qui instaure un climat de confiance avec les propriétaires qui sont prêts à louer à des ménages modestes, à condition d’être bien accompagnés. » souligne l’élu. Le dispositif constitue ainsi une nouvelle filière de production de logement social le potentiel de 3.300 logements vacants correspondant à 2, à 3 années des objectifs de production de logement social du plan local de l’habitat. « C’est une filière efficace qui propose des logements en centre-ville au plus près des services. C’est aussi une filière plus rapide à mettre en œuvre que la construction neuve », ajoute l’élu.

Extrait de Territoires Conseil Caisse de Dépôt Bases d’expériences