Lettres aux adhérents août 2017

Chers adhérents de BVAC et des CIQ du Castellet,

 

Les mois passent, les évènements s’enchaînent, nous restons totalement investis dans notre mission qui est la lutte contre l’urbanisation intensive entreprise sur notre commune du Castellet.

 

Voici des informations importantes que nous tenons à partager avec vous :

– En février, un recours administratif a été déposé par quelques-uns de nos adhérents au Tribunal Administratif de Toulon contre le permis de construire du Domaine des Sarments au Brûlat. Le jugement sera vraisemblablement rendu au cours du 1er trimestre 2018.

 

– Le lundi 12 juin 2017, nous sommes allés soutenir les conseillers municipaux qui se sont opposés à la vente à un promoteur privé de la parcelle communale mitoyenne au projet du Domaine des Sarments au Brûlat. En effet, l’accès de cette parcelle communale ne peut se faire que par le Domaine des Sarments qui fait actuellement l’objet d’un recours administratif. Il est donc évident et logique que la vente de cette parcelle communale ne puisse s’effectuer qu’après le jugement du recours.

 

– Le 14 août 2017, nous avons déposé un recours gracieux auprès de la mairie du Castellet contre le permis accordé rue des Micocouliers au Plan du Castellet.

Pourquoi avoir déposé ce recours gracieux ?

Parce que d’une part, la parcelle communale de l’ancienne école Montessori a été vendue à un promoteur privé 390 000€, un prix bien inférieur à celui qui avait été estimé par le Service des Domaines 545000€ soit une différence de 155000€ et d’autre part, le nombre de parkings prévus dans le projet n’est pas en adéquation avec la loi et une participation pour non-réalisation d’aires de stationnement à hauteur de 1500 € par place demandée par la Mairie est bien en dessous des prix pratiqués dans ce type d’infrastructure (la législation prévoit un maximum de 12195 € par place de stationnement). Tous les cadeaux financiers accordés aux promoteurs privés sont autant de cadeaux que les Castellans devront payer avec leurs impôts.

Encore une fois, notre mairie a choisi de travailler avec un promoteur privé qui propose un projet mixte (acquisition/social), plutôt que de travailler avec un bailleur social et de faire un projet uniquement social.

Pour information, les demandes de logement social sur la commune du Castellet sont en complet décalage avec l’objectif assigné de la loi qui impose 25% du nombre d’habitations principales en logements sociaux alors qu’au 31/12/2015, il y avait seulement 25 demandes de logements sociaux sur toute la commune du Castellet.

– Le vendredi 18 août 2017, suite à notre demande, Mme GOMEZ-BASSAC, notre nouvelle députée de la 6ème circonscription du Var est venue nous rendre visite. Nous l’avons véhiculée pour aller voir tous les projets immobiliers en cours ou à venir sur la commune. Après nous avoir écoutés, Madame GOMEZ-BASSAC nous a encouragés à amplifier nos actions et à accroître le nombre de nos adhérents afin de renforcer notre crédibilité. Notre députée adhère totalement à notre cause et va l’exposer au préfet du Var. Etant représentante de la majorité présidentielle, elle nous a confié qu’on devrait lui prêter une oreille attentive. De plus Madame GOMEZ-BASSAC a invité la secrétaire d’Etat à la transition écologique à venir visiter notre circonscription et veut rencontrer Madame Nicole BOIZIS pour discuter des différents problèmes sur notre commune dont la sur-urbanisation et le Domaine de la Bergerie au Camp du Castellet. Au cours de nos nombreuses recherches, nous avons découvert sur un document officiel, que le Domaine de la Bergerie était reconnu « de fait » comme un ensemble de logements sociaux. S’il était officialisé comme tel et réhabilité, le Domaine de la Bergerie constituerait à lui seul l’intégralité des 25 % de logements sociaux qu’impose la loi.

 

– Le lundi 28 août 2017, en fin de séance du Conseil Municipal, en réponse à des questions posées par un conseiller municipal concernant l’évolution de la MOUS (Maîtrise d’Œuvres Urbaines et Sociales) qui a pour but de trouver des solutions pérennes au problème du Domaine de la Bergerie avant la fin d’année, Madame le Maire a répondu que la résolution était en bonne voie, que la Préfecture accepterait qu’au moins 40% des logements deviennent sociaux, ce qui résoudrait tous nos problèmes dans ce domaine selon le 1er adjoint. Mais, rien n’est encore fait et un nouveau PLU (Plan Local d’Urbanisme) est à l’étude.

Nous vous informerons des dates des prochains conseils municipaux qui traitent d’urbanisme afin que nous y assistions nombreux, comme nous l’avons déjà fait en juin, imposant notre présence et montrant notre détermination.

 

– Jusqu’en 2018,  notre PLU est en cours de révision, et lorsque l’enquête publique aura lieu, il sera déjà trop tard ! Donc le temps presse, le futur PLU pourrait anéantir tous nos efforts si nous ne sommes pas entendus d’une manière ou d’une autre !

Ces modifications pourraient être des augmentations des zones constructibles et favoriser l’implantation de nouveaux grands projets, un régal pour les promoteurs !

Nous travaillons sur les règles qui régissent les zones constructibles de la commune et que nous souhaiterions voir appliquer : baisse du pourcentage de bâti, zone tampon de 20 m en bordure des zones agricoles….

Nous tenons bon, nous sommes sur la bonne voie, mais ce n’est pas gagné !

 

– A ce jour et malgré nos multiples demandes, Mme le Maire et son 1er adjoint refusent de nous rencontrer.

 

– Nous organisons des réunions dans les hameaux : conférences, au printemps un loto, un Baletti et des vide-greniers qui ont été l’occasion de communiquer avec les Castellans.

Leur discours  ne varie pas :  » Nous ne voulons pas que nos paysages, notre agriculture, notre économie, notre tourisme, notre qualité de vie, soient gâchés par des programmes immobiliers démesurés ». C’est aussi le souhait de BVAC !

Par contre, un autre discours est parfois entendu et n’est pas très cohérent :

  » Changeons d’équipe municipale dans 3 ans !  » Dans 3 ans il sera trop tard, les complexes immobiliers seront construits !

 

Le samedi 23 septembre, une paëlla géante aura lieu à la salle des fêtes du Plan.

Venez-y nombreux et amenez des personnes sensibles à notre cause, parlez autour de vous, faites des émules. Un bulletin d’adhésion est joint à ce courrier, diffusez-le, l’adresse de retour y est indiquée. Consultez notre page Facebook Bien vivre Au Castellet, commentez, partagez.

Notre association est très présente et active sur le terrain mais ne comprend pas encore suffisamment d’adhérents pour être représentative de la population castellane. A Signes, le collectif qui lutte contre l’implantation d’une usine d’enrobés compte 800 adhérents, nous pouvons les égaler !

Nous avons besoin de vous car nous devons IMPERATIVEMENT représenter une force pour lutter contre les projets immobiliers que la mairie veut nous imposer. Nous ne vous demandons pas d’assister à toutes nos réunions, d’effectuer des travaux de recherche, etc…, mais uniquement de venir gonfler le nombre de nos adhérents et d’exposer vos idées si vous en avez, car le dicton dit : l’union fait la force.

 

Comme nous, vous êtes des amoureux de notre belle commune,

alors, venez défendre une évolution raisonnable de notre urbanisation !

Nous devons crier haut et fort que nous sommes POUR la construction de logements sociaux, mais pas au sein de grands programmes immobiliers.

 

Même si vous êtes déjà membre d’un Comité d’Intérêt de Quartier (CIQ),

 

c’est maintenant qu’il faut agir et s’impliquer en adhérant à

 Bien Vivre Au Castellet.

 

Merci à vous tous qui nous soutenez !

 

Cordialement.

 

L’équipe de BVAC, tous bénévoles et apolitiques.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *