Courrier aux candidats des législatives

Vous êtes candidat aux prochaines élections législatives sur la 6ème circonscription.

Habitants de la commune du Castellet, nous allons être impactés par des programmes de logements qui paraissent démesurés par rapport à l’identité de notre commune.

Plusieurs communes alentours vivent la même situation et l’ensemble de notre environnement est aujourd’hui menacé dans son identité, dans son potentiel agricole, touristique et économique.

Des initiatives citoyennes prennent de l’ampleur pour refuser ce qui est présenté aujourd’hui comme inéluctable. Notre association « Bien Vivre au Castellet » entend contribuer activement à cette démarche.

Les politiques d’urbanisme sont aujourd’hui très encadrées par  les lois SRU et ALUR, la loi Nôtre , les SCOT et les PLU.

La densification de l’habitat, à marche forcée, sur des petites communes posent des problèmes majeurs tels que:

– disproportion entre le bâti existant et l’ampleur des nouveaux projets immobiliers

– inadéquation des infrastructures (voieries, écoles, transports) et augmentation importante des impôts locaux

– impact sur l’agriculture et la viticulture, l’image des appellations AOC, impossibilité d’exploiter les zones agricoles existantes à proximité des habitations

– dégradation des paysages qui sont des éléments clés de l’économie touristique de nos communes

– perte de la notion du vivre ensemble en milieu rural …

Afin d’éclairer nos choix de citoyens et que chaque électeur  prenne sa décision en toute connaissance de cause, nous souhaiterions connaître votre position sur ces sujets qui préoccupent actuellement une grande majorité des citoyens de notre commune et plus généralement des commues avoisinantes ainsi que les actions que vous entreprendriez à l’Assemblée Nationale pour préserver un habitat à visage humain et plus précisément obtenir que votre parti milite pour un amendement des lois applicables en la matière pour les adaptés aux spécificités locales.

Nous pensons que des évolutions législatives sont indispensables pour:

– adapter les exigences en matière de % de logements sociaux à la réalité de nos communes et de l’état du foncier, encadrer l’appétit des promoteurs immobiliers,

– préserver les terres agricoles et veiller à ce que les constructions nouvelles respectent des distances suffisantes pour éviter les expositions à des risques phytosanitaires

– éviter une offre de logements artificielle qui ne réponde pas à la réalité des besoins.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *